Tri sélectif et déchetterie

Depuis 2006, il existe une filière de de recyclage de lampes usagées. Les collectivités locales ne sont pas dans l’obligation de mettre en place cette filière. Malgré cela, dans le cadre de sa mission de prévention des déchets, le SICTOBA a signé en 2007 une convention avec l‘éco-organisme Récylum pour recycler les lampes usagées sur son territoire.

Ainsi, vous pouvez rapporter vos lampes usagées en déchetterie et les déposer dans des bacs réservés à cet effet. Depuis le début de l’opération ce sont près de 3 tonnes de lampes usagées qui ont été recyclées et valorisées.

Ces lampes sont recyclées à 93% de leur poids et valorisées à 97% (source Récylum). Le verre et les métaux sont récupérés afin de fabriquer de nouveaux produits, les plastiques font l’objet d’une valorisation énergétique par incinération et les poudres fluorescentes sont acheminées vers un centre de stockage de classe 1 (déchets spéciaux ultimes). Le mercure présent dans ces lampes est traité en respectant les normes environnementales en vigueur.

Vous pouvez trouver les guides pratiques Récylum sur toutes les déchèteries du SICTOBA. N’hésitez à pas à les demander aux gardiens.

lampes-usagees

Pour plus d’informations sur Récylum : www.recylum.com

Pour connaître la liste de tous les points de collecte : www.malampe.org

En 40 ans, le poids de notre poubelle a doublé, passant de 70 à 350 kg/an/habitant.

Le SICTOBA, sous l’égide de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) est inscrit depuis 2010 dans un programme d’actions de réduction des déchets.

En France, une centaine de collectivités, dont une vingtaine en région Rhône-Alpes, s’est lancée dans cette démarche innovante.

Le programme du SICTOBA d’une durée de 5 années est composé de 14 actions.

Ces actions ont toutes le même objectif : réduire le poids de notre poubelle grise et par conséquent préserver notre installation de stockage des déchets à Grospierres !

Dans le cadre de son programme, le SICTOBA a organisé avec l’appui des communautés de communes, du SICOM et des mairies des réunions d’information à l’attention des élus. Ces réunions ont permis aux participants de s’informer sur la démarche entreprise par le syndicat depuis 2010 et sur le rôle que les élus peuvent jouer dans la mise en œuvre des actions.

Ces formations ont été animées par Bruno Genty, formateur de l’ADEME, accompagné d’un technicien du SICTOBA.

bruno-genty

Depuis 2010, Le SICTOBA a entrepris plusieurs actions :

  • La distribution de composteurs (– 30 kg/habitant/an*);
  • La mise à disposition d’un autocollant Stop Pub (– 14 kg/habitant/an*);
  • La promotion de l’eau du robinet (– 3 kg/habitant/an*);
  • Le prêt de gobelets réutilisables pour les organisateurs de manifestations (non évalué).
* Source : ADEME.

Il existe deux façons principales de réaliser son compost. Il s'agit de choisir celle qui est la plus adéquate :

  • pour les petits volumes tels que les déchets de cuisine, l'utilisation d'un composteur individuel est conseillée. Esthétique et propre, le composteur individuel peut s'installer dans un jardin, près de l'habitation (vous pouvez vous en procurer un sur demande à la mairie);
  • pour les gros volumes tels que les déchets de jardin, le compost en tas est idéal.
composteur tas-compost
Comment procéder ?
  • Installez votre composteur ou tas dans un endroit si possible ombragé et à même le sol pour que les vers de terre puissent remonter dans le compost.
  • Déposez tous les déchets verts et organiques au fur et à mesure de leur production.
  • Fragmentez ou broyez les matières dures et ligneuses.
  • Respectez ces trois règles d'or :
  1. alternez les matières brunes et vertes en couches de moins de 5 cm (voir ci-dessous),
  2. brassez la couche supérieure (10 à 20 cm) une fois par mois,
  3. contrôlez l'humidité, la consistance idéale est celle d'une éponge humide.

Quels sont les résidus à déposer (en alternance) ?

A.– Les matières brunes (dures et sèches, riches en carbone)

  • Matière structurante (carbonée, sèche et grossière) : paille, brindilles, aiguilles de pins, feuilles broyées, broyât de tailles et de haies; elle permet à votre compost de respirer et de ne pas dégager de mauvaisese odeurs;
  • Coquilles d'œuf, de noix et de noisettes (écrasées);
  • Essuie-tout, serviettes en papier, cartons ondulés (morcelés), papier journal;
  • Excréments de petits animaux (exclusivement végétariens).

B.– Les matières vertes (molles et mouillées, riches en azote)

  • Épluchures de fruits et légumes (y compris les agrumes);
  • Marc et filtres de café, sachets de thé et de tisane;
  • Fumier de petits élevages (chèvres, moutons, volailles, lapins);
  • Restes de table (y compris déchets carnés);
  • Fleurs coupées, plantes vertes fanées.

Ne sont pas compostables

  • Langes et couches jetables,
  • Litières de chats et chiens,
  • sacs et poussières d'aspirateurs,
  • Graviers,
  • Graisses et huiles,
  • Matières nocives et polluantes,
  • déchets médicaux...

Quelques astuces...

  • Humidité excessive et mauvaisees odeurs : ajouter de la matières structurante et mélanger, votre compost ne doit pas avoir une consistance pâteuse.
  • Sécheresse excessive : arroser l'intérieur du compost à l'aide d'un arrosoir muni d'une pomme et mélanger.
  • Le secret pour tenir votre bioseau propre : utilisez du papier journal pour tapisser son fond et pour enveloppez vos déchets de cuisine.

Pour toute information complémentaire, n'hésitez pas à appeler le Sictoba au 04 75 39 06 99, du lundi au vendredi de 9 heures à 12 heures et de 14 heures à 17 heures.

Le compostage est un procédé biologique qui permet la dégradation naturelle des matières organiques (déchets de jardin et de cuisine).  Par l'interaction des micro-organismes, de l'humidité et de la circulation de l'air, ces matières organiques sont transformées en humus, ou compost, amendement organique qui favorise la fertilité du sol.

Le compostage individuel répond à plusieurs enjeux, tant en termes d'écologie que d'économie, en parfaite cohérence avec notre contexte actuel. En effet, cette pratique permet à la fois :

  • d'agir en éco-citoyen en limitant le volume des déchets à traiter et donc de réduire de 30 %, soit environ 100 kg ar an et par habitant, les déchets qui encombrent notre décharge; de ce fait, il permet de limiter l'augmentation des coûts d'élimination des déchets;
  • de fabriquer de manière totalement naturelle un excellent amendement riche en oligo-éléments, augmentant la fertillité de votre terre et favorisant son pouvoir de rétention en eau; vous réduisez ainsi votre consommation en fertilisants chimiques;
  • de lutter contre les mauvaises odeurs et les salissures de votre poubelle.

Comment utiliser le compost ?

Le compost jeune (de 6 à 8 mois) peut être utilisé en paillis, c'est-à-dire étendu en surface autour des arbres, entre les cultures. Cet étendage limitera les mauvaises herbes, retiendra l'humidité et nourrira les plantes. Vous l'intégrerez au sol 2 à 3 mois plus tard.

Le compost mûr (de 10 à 12 mois) ou terreau meuble, brun foncé ou noir, il peut s'utiliser pour améliorer votre potager, jardin d'ornement, plantes vivaces, haies et rempotage (en mélange de 30 % à 50 %).

Un conseil : tamisez ou criblez le compost pour obtenir un produit d'excellente présentation.

compost

Pourquoi jeter vos cartouches d'encre alors qu'elles sont réutilisables ?

Les cartouches d'encre sont un bien consommable régulièrement renouvelé et aujourd'hui, près de 7 cartouches sur 10 sont jetées avec les ordures ménagères.

La collecte sélective des cartouches d'encre représente donc une action efficace et essentielle pour préserver notre installation de stockage de déchets à Grospierres.

Le SICTOBA, avec le partenariat de l'éco-organisme Collectors, a mis en place une collecte de cartouches sur l'ensemble de ses déchetteries.

Les cartouches suivent deux filières de valorisation :

  • 70 % sont réutilisées (valorisation matière),
  • 30 % sont incinérées (valorisation énergétique).

Ne jetez plus vos cartouches à la poubelle, portez-les à la déchetterie.

Informations supplémentaires